Net recul du VIH en Suisse

22.11.2018

Le nombre de cas déclarés en 2017 est en baisse de 16%. Dépistage et traitement précoces sont à l'origine de ce recul.

La baisse des cas de VIH montre l’efficacité de la politique de prévention déployée ces dernières années et le fort engagement de tous les acteurs impliqués. D’importants efforts ont été faits pour accroître la fréquence du dépistage. Le nombre de tests effectués en 2017 dans les centres de conseil et de dépistage volontaire (VCT) a augmenté de 11% par rapport à 2016. Cette hausse est encore plus marquée dans le groupe à risque des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH), avec une augmentation de 20% du nombre de tests.

Le dépistage régulier permet d’agir à plusieurs niveaux pour réduire le nombre des nouvelles infections. Premièrement, il évite en partie les cas où une personne transmet le VIH sans savoir qu’elle est elle-même séropositive. D’autre part, il permet de débuter le traitement de façon précoce en cas de diagnostic positif.

Or, les thérapies actuelles, lorsqu’elles sont suivies de manière conséquente, réduisent la charge virale de telle façon qu’une personne séropositive n’est plus contagieuse (non détectable = non contagieux). Cela permet non seulement d’éviter la transmission du virus, mais aussi d’encourager les personnes à suivre leur traitement de manière très rigoureuse.

Cependant, la diminution des cas de VIH ne doit pas inciter à relâcher les efforts en termes de prévention ou au niveau des comportements individuels. Voir l'entier du communiqué de presse en lien.