News

Le lobby du tabac torpille la mise en oeuvre de l'initiative "Enfants sans tabac"

26 Janvier 2024  
26.01.2024

Après la Commission de la santé du Conseil des Etats (CSSS-E), c'était au tour de celle du Conseil national (CSSS-N) de se pencher sur la mise en oeuvre de l'initiative "Enfants sans tabac", largement acceptée par la population début 2022. Le Parlement continue ainsi de détricoter le projet du Conseil fédéral, en réintroduisant la publicité dans la presse, le parrainage de manifestations ou la vente mobile dans les lieux publics fréquentés par les mineurs.  

L'été dernier, la Commission de la santé et de la sécurité sociale du Conseil des Etats (CSSS-E) a entamé ses travaux sur la révision de la Loi sur les produits du tabac (LPTab) à la suite de l'acceptation populaire de l'initiative "Enfants sans tabac". Au regret des acteurs de la prévention, ces travaux avaient débouché sur un projet laxiste voir contraire à la volonté populaire avec des retours en arrière concernant la publicité dans la presse écrite, le parrainage des manifestations ou la vente mobile de produits du tabac par des démarcheurs dans les festivals fréquentés par des mineurs. Le plénum du Conseil des Etats avait ensuite suivi sa commission en septembre 2023. 

Cette semaine de janvier 2024, c'était au tour de la Commission de la santé et de la sécurité du Conseil national (CSSS-N) de poursuivre les travaux de révision de la LPTab. La Commission s'est demandée si les modifications introduites par le Conseil des Etats respectaient suffisamment la Constitution, soit le texte de l'intiative "Enfants sans tabac". Malgré ces doutes, lors des votes article par article, la CSSS-N s'est majoritairement ralliée à la position de la Chambre des cantons. La Commission a cependant demandé que la vente mobile de cigares et de cigarillos dans les festivals ne puisse se faire que dans les lieux fréquentés par des majeurs, contrairement aux cigarettes qui elles, pourraient continuer d'être vendues dans les festivals fréquentés par des mineurs. Une fois de plus, il semblerait que le lobby du tabac ait bien travaillé dans les couloirs du Parlement. 

Les débats reprendront en plénum du Conseil national, lors de la session de printemps.