La PF Alcool fait le point sur la situation des structures

12 Mai 2023  
12.05.2023
Achats-tests alcool, prise en charge des jeunes, manque de médecins dans les régions et réduction des places dans les structures ont été les principaux thèmes de la PF Alcool du 4 avril 2023. En visite à l’OFSP à Berne, les membres ont pu se familiariser davantage avec les stratégies Addictions et MNT ainsi qu'avec les questions de financement alcool. Le tour de table a mis en relief la diversité des actions prévues pour la Journée Alcool le 25 mai dans les régions et pour la Semaine d'enfants de parents avec une addiction.

La Journée alcool du 25 mai est à l’agenda après 3 ans d’absence. Les membres présents à l’OFSP sur le Campus Liebefeld ont pu échanger sur les actions prévues durant cette journée axée sur la double thématique « Stress et alcool ». Il y a une belle diversité d’actions, tant in situ que sur les réseaux sociaux, entre Delémont et Genève : présence sur les stands, simulateur de conduite sous emprise d'alcool/stress, campagne colorée sur les réseaux sociaux sont au menu. Voir ici toutes les actions. Pour la cinquième année consécutive, la semaine Nationale d'action «Enfants de parents avec une addiction», coordonnée par Addiction Suisse, a eu lieu du 13 au 19 mars 2023. Il y a un succès grandissant des actions proposées sur cette semaine-là, la thématique est concernante dans plusieurs institutions.

La visite sur le Campus Liebefeld était surtout l’occasion d’entendre les responsables de projet à l’OFSP Sophie Barras Duc et Jann Schumacher sur la place qu’occupe « l’alcool » dans les stratégies et politiques de l’OFSP, après la fin du Plan National Alcool (PNA) et de la refonte de la Commission fédérale pour les questions liées à l’alcool en une même commission sur les addictions et les maladies non transmissibles, la CFANT.

Les personnes de la PF ont pu exprimer leurs craintes d'avenir quant à l'accompagnement de personnes alcoolodépendantes ou ayant un problème de consommation. En effet, la fermeture ou réduction de places dans les institutions dans certaines régions et le manque de places en ambulatoire pour le sevrage préoccupent les professionnels. Il y a aussi une difficulté grandissante de l’admission de personnes en situation d’addictions dans les unités psychiatriques. Les professionnels sentent également un déplacement de ces personnes concernées vers leurs propres structures, déjà surchargées.