La dernière newsletter de Geneva Platform est en ligne : abonnez-vous

07.11.2018

La newsletter de la Geneva Platform permet de se tenir informé des affaires internationales en lien avec les drogues et les droits humains. Celle d'octobre s'intéresse particulièrement à la 39ème session du Conseil des droits humains en septembre à Genève. Abonnez-vous ! Elle est gratuite.

Créée en 2017 par le GREA et l'Institut de santé globale, The Geneva Platform est une initiative visant à réunir les acteurs de la société civile oeuvrant dans le domaine de la santé, des droits humains et des addictions. Son objectif est de contribuer au débat sur les substances psychoactives au sein de la Genève Internationale.

Chaque mois, la plateforme publie une newsletter gratuite traitant des affaires internationales en lien avec les drogues et les droits humains. Celle d'octobre, la sixième, s'intéresse notamment à la 39ème session du conseil des droits humains qui s'est tenu en septembre à Genève. Elle rapporte également, le discours d'ancienne conseillère fédérale Ruth Dreiffuss, le 8 octobre dernier au Palais des Nations. L'ex-présidente a, entre autres, souligné le fait que les politiques répressives en matière de drogues discriminent clairement les populations précaires et les minorités éthniques.

Dans le même temps, Vienne (AUT) accueillait la 61ème session de la commission sur les narcotiques. Lors des nombreux débats, l'attention s'est notamment portée sur les moyens de réduire l'approvisionnement illégal en drogue et sur les enjeux transversaux reliant stupéfiants et droits humains.

Du côté de New-York, la 73ème session de l'Assemblée générale de l'ONU a vu le président américain Donald Trump tenir un événement centré sur le "problème mondial de la drogue". Seuls les pays ayant signés le "Global Call to Action on the World Drug Problem" rédigé par l'administration américaine étaient conviés. En réaction, la commission globale sur les politiques drogues a publié un communiqué soulignant que l'initiative de Trump "représente une tentative de créer un consensus qui n'existe plus, même entre les pays signataires".