Le LSD réduirait l'anxiété

26.04.2017
Type de document: 
Info

Le LSD réduit l'activité dans la région du cerveau liée au traitement des émotions négatives comme la peur, selon des scientifiques bâlois.

Une étude de l'Université de Bâle dont les résultats sont publiés dans le journal scientifique Translational Psychiatry, montre que le LSD pourrait influer sur le traitement des maladies mentales telles que la dépression ou l'anxiété. Les hallucinogènes ont de nombreux effets différents sur le psychisme. Entre autres choses, ils modifient la perception, la pensée et l'expérience temporelle et émotionnelle.

Après que le chimiste Albert Hofmann ait découvert l’acide lysergique diéthylamide (LSD) dans les années 1940, il y eu beaucoup d'intérêt pour la substance, en particulier en psychiatrie. Des études ont été menées pour mesurer son efficacité sur les maladies telles que la dépression ou la dépendance à l'alcool. Mais dans les années 1960 le LSD a été déclaré illégal dans le monde entier et la recherche médicale s'est arrêtée. Au cours des dernières années, cependant, l'intérêt pour la rechercher sur l’utilisation d'hallucinogènes à des fins médicales a été relancé. Les substances psychoactives telles que le LSD, en particulier en association avec les psychothérapies, pourraient offrir une alternative aux médicaments conventionnels.

Les chercheurs de la Clinique psychiatrique universitaire (UPK) et du Département de pharmacologie et de toxicologie de l'hôpital universitaire de Bâle (USB) ont mené une étude sur l'effet aigu du LSD sur le cerveau en utilisant l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMF) pour mesurer l'activité cérébrale de 20 personnes en bonne santé après avoir pris 100 microgrammes de LSD. Au cours de l'IRM, les participants ont visionné des images de visages qui représentaient différents états émotionnels tels que la colère, la joie ou la peur. Le professeur Stefan Borgwardt et son équipe ont montré que la représentation de la peur sous LSD  entraîne un niveau d'activité nettement inférieur dans l'amygdale - une zone du cerveau considérée comme essentielle au traitement des émotions. Cette observation pourrait expliquer certains des changements dans l'expérience émotionnelle qui se produisent après avoir pris des hallucinogènes.

Dans une deuxième étape, les chercheurs, ainsi que les pharmacologues cliniciens de l'hôpital universitaire de Bâle, ont examiné si l'expérience subjective altérée par le LSD était associée à l'amygdale. Cela semble être le cas : plus l'activité de l’amygdale induite par le LSD d'un sujet est faible, plus l'effet subjectif de la drogue est élevé. « Cet effet « effrayant » pourrait être un facteur important pour obtenir des effets thérapeutiques positifs », explique le docteur Felix Müller, auteur principal de l'étude. Les chercheurs présument que les hallucinogènes peuvent entraîner de nombreux autres changements dans l'activité cérébrale. D'autres études seront nécessaires (source en français: "Actualités des addictions" avril 2017, Fédération Addiction)

Liste des thèmes / Descripteurs (3 max.):