Dépendances 49 - Alcool

Dépendances

Titre: 
Alcool
Numero: 
N°49
Date de parution: 
15.06.2013
Téléchargez les articles

Editorial :

L’alcool, le produit psychotrope par excellence de nos sociétés occidentales. Le plus connu peut-être, mais aussi sans doute le plus complexe étant donné son fort ancrage culturel, économique et social. Aujourd’hui, la révision de la loi suisse sur l’alcool représente une occasion unique d’améliorer notre cadre législatif le concernant. De solides connaissances ont été accumulées et il est temps de les prendre en compte dans le cadre du débat politique.
Or, force est de constater que même si ces arguments ont fait partie des débats jusqu’ici, les discussions ne manquent pas de libérer toute une série de propos aussi excessifs que mal informés. La palme reviendra probablement à M. Herminjard (AGEFI, centre patronal), qui assimile la loi sur l’alcool à une punition pour « rendre le consommateur raisonnable d’alcool coupable de son plaisir régulier ». Les services de prévention ne seraient intéressés qu’à piller les ressources de l’Etat pour se goberger grassement avec de lucratifs programmes de prévention.
Pourrons-nous sortir un jour de ces oppositions stériles pour considérer ensemble notre rapport à l’alcool ? Peut-on aller vers un dialogue social plus « apaisé » sur l’alcool ? Malgré les apparences, la réponse pourrait bien être « oui ». La semaine alcool qui s’est achevée nous aura montré l’intérêt toujours vif de la société pour ces questions. Elle aura aussi mis en évidence que des ponts entre les acteurs sont possibles.
En effet, sur le terrain, le travail avance. Le réseau alcool s’est renforcé et professionnalisé ces dernières décennies. Les résultats encourageants s’accumulent et le savoir grandit. Des approches innovantes nous donnent de nouveaux arguments, tant au niveau du traitement, de la réduction des risques ou de la prévention. Quelques expériences sont présentées dans ce numéro, comme le projet Amphora qui, pour la première fois, donne une vision très claire de la situation européenne en matière de problèmes liés à l’alcool et des moyens d’y remédier.
Ces résultats, il revient à nous, professionnel-le-s, de les faire valoir au niveau politique. A nous, professionnel-le-s,
de travailler les synergies, de valoriser nos pratiques, de tenir un discours commun pour renforcer notre position. Les acteurs politiques n’ont en effet qu’une représentation très partielle de notre travail et il nous revient de l’expliquer. L’alcool n’est ni à diaboliser, ni à sous-estimer. Au vu de la taille du public de ses consommateurs, ce n’est que dans une démarche concertée incluant la majorité des acteurs que nous pourrons faire avancer les choses.

Corine Kibora, Addiction Suisse
Jean-Félix Savary, GREA

Liste des thèmes / Descripteurs (3 max.):